What is love ?

« Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter.» – Marguerite Duras

couple-amour

Je m’étais promis de publier un nouvel article sur autre chose. Par peur de vous ennuyer, par ce que je me dis que vous n’en avez rien à faire de mes réflexions à répétition…mais bon j’avoue que l’amour est un sujet qui occupe beaucoup mon esprit ces derniers temps. Il me fallait poser les mots.

Les mots. Pour tourner la page. Mettre pause, réfléchir. Prendre le recul. Et dire. Délivrée, je le suis enfin.  On dit qu’il ne faut jamais regarder derrière soi. Peut être car on associe souvent à cette action la nostalgie, le regret, le négatif…

Pour ma part, j’ai choisi de regarder derrière moi pour réaliser. Quel chemin parcouru depuis cette rupture dévastatrice. Cette tempête dans ma vie tranquille et paisible. Cette tornade dans mon champs de bonheur où je me plaisais à vivre en toute sérénité.

Il y’a quelques semaines, j’ai mis le point final. Envoyé le dernier message. En espérant qu’il se déciderait à arrêter de chercher le contact. Le soulagement m’a envahi. Car j’ai senti que de mon côté, tout était bien fini. Plus de peine, plus de souffrance, plus de doute. Plus de culpabilité. Rien.

Je crois que ce geste final est le résultat de micro-étapes, comme celle que je vais vous présenter aujourd’hui. En général, on sait plutôt bien ce qui nous rend heureux et malheureux. Mais l’amour c’est compliqué. Enfin, ça pourrait être simple mais il me semble que dans ce domaine on est une majorité à chercher des problèmes là où il n’y en a pas.

Célibataire au coeur en miettes, j’avais besoin d’entamer cette réflexion globale sur le couple et l’amour. Sur ce qui ne me convenait pas, mais que j’avais mis de côté par amour. Sur ce que j’attendais d’une prochaine relation.

Et voici mes conclusions.

couple-amour-bis

L’amour, l’amour. Pour moi c’est un savant mélange de complicité et de confiance. Des regards complices et malicieux. Et une confiance qui t’amène à l’abandon total avec l’être aimé.

J’ai longtemps pensé qu’un couple c’était surtout de l’indépendance. La nécessité de préserver son individualité. J’avais en horreur les couples « bigorneaux », toujours collés pour tout et n’importe quoi. Et puis au final, mon avis a évolué. Pour moi un couple ce sont des moments dans un canapé à regarder les meilleurs séries du moment, un dîner, déjeuner sur l’herbe ou brunch à se raconter nos journées ou à rêver. Des disputes passionnées et des réconciliations qui le sont tout autant. Des petits gestes pour rappeler à l’autre qu’on l’aime énormément. Et se rappeler qu’il n’est pas acquis. Et je reviens à l’indépendance : des moments pour soi, seul ou avec des amis. Peu importe, tant que ces moments pour soi créent un équilibre. 

Je sais maintenant que j’ai besoin de mots. J’aime l’échange. Même si je respecte celui qui parfois préférera ne rien me dire, j’ai besoin que les choses soient claires. De même, la trahison quelle qu’elle soit est une erreur fatale. La confiance est la base. Ceci semble être une évidence…On se dit aussi que par amour on peut tout pardonner. Ma propre expérience me fait dire que le doute et l’inquiétude n’ont pas leur place dans une relation que l’on veut saine.

L’amour qui dure toujours…laissez moi en douter. Je ne crois plus aux promesses. Par contre je pense qu’on peut promettre de faire de son mieux pour vivre intensément la relation avec l’autre. Promettre de tout faire pour vivre sereinement et avec passion. La promesse d’amour éternelle est belle, certes. Mais fragile.

Et le célibat dans tout ça  ? Comment le gérer ? Je dirais qu’il faut vivre ses expériences. Aller au bout, même si on a parfois conscience que l’on fonce dans un mur. *Les quelques histoires que j’ai vécu* ont permis d’affiner mes exigences. De m’aiguiller. De me guider sur le chemin de l’amour. Forcément, après une claque monumentale, on perd tous ses repères. J’ai écouté mes passions, me suis laissée porter et flotter. J’ai bloqué mes projections et suppositions pour apprendre à apprécier les moments que je vivais à l’instant T. C’est parfois très très difficile à faire car on nous apprend à voir loin : erreur selon moi. On est maître de ses choix mais pas des tournures qu’ils peuvent prendre. Ce qui souvent crée de la déception. Du coup, adopter un autre schéma de pensées est plus que bénéfique. Chaque jour, un pas. Chaque jour, un sentiment. Chaque jour, un bilan.

Et toi, comment décris-tu et vis-tu l’amour ? 

Publicité